• La passeuse des endeuillés PART II

    Celle qui prétendait ne pas être pressée sentait son sang bouillonner en elle ... Instinctivement, machinalement, elle se mit à taper du pied violemment ..."Retard"..."Retard" le mot résonnait dans sa tête au rythme des grincements de dents du compteur aux oreilles de lapin, ce drôle d'objet qu elle avait ironiquement baptisé Hase... La petite boutique du passage semblait devenir lieu d'une horrible cacophonie entre battements de pieds, grincement de dents, et craquements plaintifs d'une armoire blanche pas habituée à veiller si tard....

     

    Mélybi la passeuse se dit qu'il valait mieux mettre à profit ce temps perdu et ses mouvement de pieds impulsifs : Elle passa en revue une énième fois le contenu de l'armoire, s'émerveillant devant chaque chaussure, vérifiant la bonne place de chaque objet de malice précieusement blotti sur le bois blanc puis s'arrêta sur la dernière venue dans ce petit monde, la chaussure de course, monnaie d'échange de ce veuf à qui elle venait d'ouvrir le passage

     

    Elle esquissa d 'abord un sourire en savourant l'éventualité d'une revanche... Celle de la grande course annuelle qui approchait à grand pas, une course dans les grands champs avoisinants qu'elle ne perdrait pas à nouveau pour quelques foulées de retard sur le grand Lièvre ...Retard son éternel et obsessionnel ennemi .... Mais très vite son faciès redevint des plus sévères... Dans son empressement elle avait omis un détail et s'en aperçu soudainement ... L'objet en question n'était pas, mais alors pas du tout à sa pointure, la colère la piqua alors de plus belle: "Cet homme là ne respecte ni mes horaires, ni mes dons, ni les mots interdits, ni ma pointure ... Tout est pourtant clairement gravé sur la porte de la boutique ...le chagrin soit mais depuis quand le chagrin donne la berlue !"

     

    Elle jeta violemment la chaussure sur le sol et dans un mouvement aussi brusque que précis attrapa Hase, le compteur pour en changer le réglage " Il y a des régles et elles sont faites pour être respectées...tout ça ne mérite pas 10 minutes dans le passage !" elle enleva sans hésitation 2 minutes au cadran de Hase, qui s agita un peu plus face à ce nouvel ultimatum et ce timing beaucoup plus serré ...

     

    Alors qu'elle se redressait vers le sommet de l'armoire pour tenter de retrouver une autre paire de souliers qui pourraient faire l'affaire et l'entraîner, hase se mit à claquer des dents de façon beaucoup plus violente et l'armoire blanche se mit à craquer de plus belle .....le passage était en train de se refermer selon le décompte nouvellement réglé.

     

    L'Homme en noir, au fond du passage et alerté par son épouse décédée, avait concédé à abréger le douloureux au revoir pour se rediriger vers la mallette de la passeuse ...Alors que ça main commençait à en ressortir, Hase sonna le signal de fermeture et Mélybi, entre colère et perte totale de la dernière once de patience, referma la mallette a coups de pieds.... La main s'effaça et s'engouffra dans l'autre monde, sans doute avait elle déjà attrapé celle avec qui la peine serait désormais partagée...

    Dans un dernier excès d'agacement la passeuse tenta de se convaincre elle même " Et bien l'autre côté ça doit être drôlement bien , ils sont de plus en plus nombreux à ne plus en revenir..." Pourtant au fond d'elle, elle le savait , elle venait d'abuser de son pouvoir en donnant la mort, et ce n'était pas la première fois ... Elle s'asseya sans même taper du pied, le visage inquiet " dis moi Hase tu crois qu'à force que je serai réprimandée?" C'était devenue plus fort qu'elle, ce penchant pour l'intransigeance extrême qui ne faisait que croître de réveil en réveil ....

        

    S'imaginant tour à tour lapine en clapier ou lapine en civet elle se dit qu il n y avait pas de seconde à perdre pour se reprendre et ne plus braver les barrières interdites de sa mission dans l'étrange boutique " qui ne tente rien n'a rien , un tout petit somme pourrait réguler mon humeur et me replacer mon esprit à la bonne heure ?" elle s'abandonna doucement sur le sol couvert de paille et se mit à taper tout doucement du pied ...

        

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :